Draguer une fille et la mettre en confiance avec une technique de psy.

Nous avons déjà appris, que pour draguer une fille, nous devons procéder en 4 étapes. La dernière fois nous avons vu la première étape de la drague, et nous avons vu comment aborder une fille. Elle n’a pas pris ses jambes à son cou, et il semble que nous avons passé avec succès la première étape de la discussion.

 

Comment draguer une fille et la mettre en confiance ?

L’engagement est très court pour draguer une fille : il dure une ou deux minutes au maximum. Maintenant nous devons très rapidement passer à la deuxième étape de la drague, celle, où  l’on va se présenter l’un à l’autre afin de mettre en confiance.

Pour démarrer, la meilleure solution est de dire quelque chose du genre: <<Au fait, je m’appelle X, et toi comment t’appelles-tu?>>. Ainsi nous faisons comprendre à notre interlocuteur(trice) que nous nous intéressons à elle. Une fois, qu’elle aura annoncé son nom, ajoutons, l’air un peu coquin <<Enchanté(e) de faire ta connaissance!>>. Précisons qu’il est souvent préférable d’employer le tutoiement, car cela permet un style plus personnel et plus intime. Nous passons maintenant à une discussion qui vise à faire connaissance. En même temps, poursuivons et accentuons notre synchronisation.
 
Pendant l’engagement nous avons copié la posture et les gestes de notre partenaire. C’est la synchronisation, une technique de psy. Ce procédé donne des résultats surprenants. Nous allons maintenant enfoncer le clou. Continuons et affinons notre synchronisation.

 


Draguer et mettre en confiance avec la voix.

 

Pour draguer une fille , nous devons ajuster les éléments caractéristiques de notre voix sur celles du partenaire que nous sommes en train de charmer: le ton, le volume, le timbre, le rythme. Copions en premier lieu le volume de sa voix puis son rythme. Afin de mieux nous ajuster, posons-nous les questions suivantes: comment parle notre partenaire ? Par à-coups, de manière saccadée? Insiste-t-elle sur certains mots ? Reprenons chacune des particularités significatives. Les caractéristiques vocales de notre voix doivent épouser les siennes au mieux.

 

 

Draguer une fille avec les micro-comportements

 

Les micro comportements sont de toutes petites variations de la physiologie. Par exemple un très léger sourire, un geste infime d’un doigt, des rougeurs, la chair de poule, la transpiration, la pression sanguine, la tension musculaire, la dilatation des pupilles… En pratique, il est difficile de draguer et de se synchroniser sur ces infimes variations, mais essayons de faire le maximum!Pour draguer une fille, reprenons ses mimiques faciales, la façon qu’elle a d’entrouvrir les yeux et les mouvements de sa bouche. Reflétons aussi sa manière de respirer.

 

 

Draguer une fille avec le style de discussion

 

Notre partenaire peut avoir une façon, bien à elle de s’exprimer et pourra employer un style soutenu, ou au contraire un style plus familier. Pour draguer une fille, reprenons donc son registre conversationnel. Si il (ell) termine régulièrement ses phrases par des formules du genre <<tu sais>>, <<tu comprends>>, faisons de même. En portant attention aux mots prononcés, nous nous rendrons compte qu’il (elle) emploie certains plutôt que d’autres. Nous devrons nous aussi utiliser ces termes caractéristiques.

Remarque: pour draguer une fille, une synchronisation efficace implique de ne pas avoir soi-même de tics de langage. Par exemple, nous ne devons pas finir toute nos phrases par l’onomatopée <<hein!>>  Si, nous avons de tels tics, commençons par nous corriger.

 

 

Draguer une fille avec les sens.

 

Notre cerveau traite une foule d’informations, venues de l’extérieur par l’intermédiaire de nos 5 sens: vue, ouïe, toucher, odorat, goût. Ces sens conditionnent notre représentation du monde. Nous les classons en 2 groupes:

 

  • le groupe principal:  ouïe, vue, kinesthésique (le sens  kinesthésique  correspond au sens tactile.)
  • le groupe secondaire: odorat et goût.

 

Parmi tous ces sens, nous en avons un, dit dominant, qui est plus développé que les autres. Il appartient toujours au groupe principal. Ainsi nous pouvons être visuel, kinesthésique ou auditif. 40% des personnes sont visuelles, 40% sont auditives, 20% sont kinesthésiques. Heureusement, il est assez facile de classer un individu dans l’une de ces trois catégories. Comment repérer le sens dominant de quelqu’un?

 

Les visuels se représentent le monde en priorité par des images. Leurs yeux vont très fréquemment vers le haut lorsqu’ils réfléchissent. (N.B: il s’agit ici d’une deuxième application de l’interprétation des mouvements oculaires. Ceci n’a donc plus rien à voir avec la détection des individus réceptifs!) Ils parlent en général rapidement, par à-coups, avec un débit saccadé et ont une voix plutôt aiguë et nasale. Ils utilisent souvent des mots évoquant une image. Ainsi, ils emploient volontiers des termes tels que:  » c’est clair, être aveuglé par…, être à l’oeil, éclaircir les idées, tape-à-l’oeil, à l’oeil nu, idée lumineuse, au vu de …, brillantes perspectives, être dans le flou… »

 

Les auditifs sont sensibles au sons et aux mots. Leurs yeux bougent régulièrement latéralement vers leurs oreilles. Ils font attention aux mots qu’ils choisissent, parlent plus lentement, ont une voix plus rythmée et plus timbrée. Ils sont en général plus décontractés. Ils utilisent des expressions en rapport avec leur système de représentation dominant: « ça sonne bien, bien entendu, mâcher ses mots, c’est d’accord, mot pour mot, à vrai dire, que me chantes-tu là, au diapason, ça ne me dit pas, rythmé, alarmant, mélodieux… »

 

Les kinesthésiques réagissent aux sensations physiques mais aussi plus que les autres aux émotions. Leurs mouvements oculaires vont souvent en bas à gauche. Ils sont beaucoup plus lents, parlent calmement et ont une voix plus profonde et grave. Ils adoptent une posture décontractée mais sont plus craintifs et ont d’avantage besoin d’être rassurés. Ils utilisent volontiers des expressions comme: « saisir une occasion, garder le contact, toucher du doigt, déconnecter, s’accrocher, noeud de l’action, tenir bon, ambiance chaleureuse, contacter… »

 

Les mots que nous employons ne sont donc pas le fruit du hasard mais sont liés à notre système de représentation sensoriel. Pour affiner notre synchronisation, nous allons donc nous exprimer en utilisant les termes correspondants au système sensoriel dominant de notre partenaire. Si elle est visuelle exprimons-nous en employant par exemple « je vois que …, c’est clair,  etc… ». Si elle est auditive utilisons plutôt « qu’entends-tu par là, c’est d’accord… » . Si son mode privilégié est  kinesthésique utilisons des mots comme  « votre idée est concrète, solide, fiable, ferme, ambiance lourde, je sens que…,  contacter… ».

 

 

Conclusion

 

Pour draguer une fille, à la deuxième étape , on se présente pour la rassurer et la mettre en confiance. Nous utilisons une technique de psy simple mais absolument redoutable: la synchronisation. Imitons la! Cherchons à copier le ton de sa voix, le  style de sa discussion. Utilisons les mots et des expressions  qui correspondent à son système sensoriel dominant. Testez et vous verrez : elle se sentira progressivement en confiance.

La prochaine fois nous en saurons encore plus pour mettre en confiance une fille. Et si vous pouviez créer le climat d’intimité idéal qui la fera craquer?

A suivre…


APPRENEZ À ABORDER LES FILLES ET À LES SÉDUIRE

  Mission06  
Comment récupérez votre ex?

Comment bien faire l'amour ?

Savoir s'habiller pour séduire?

Comment avoir un corps musclé?

Formation intensive pour séduire

Comment séduire une amie?

Décrypter le langage du corps

Comment avoir confiance en soi


 

Mots clés utilisés par les internautes :